C’est une vieille histoire qui n’en finit plus de revenir. À la fin des années 60, à la tête de sa “famille”, une communauté de plusieurs dizaines de personnes essentiellement constituée de jeunes femmes, Charles Manson commandita une série de crimes sanglants, parmi lesquels l’assassinat de Sharon Tate, l’épouse de Roman Polanski. Devenu depuis la figure du mal en même temps que le symbole de la mort du rêve hippie, l’ancien petit criminel devenu gourou psychopathe continue, un demi-siècle plus tard, de gérer sa célébrité malsaine. Leer reportaje en francés/Lire l’article en français